P'tite vie de prof, Prof etc, Prof par I.V. / 2019-11-19

#Onfaitquoi

J’ai lu un article dans La Presse qui parlait de la génération alpha : la première génération née avec les écrans. Ce serait les enfants nés depuis 2010 selon ce qui est mentionné. Ces enfants sont en 4e, 3e, 2e,1e, maternelle et ainsi de suite. Donc, on en voit un peu partout dans nos écoles primaires.

Pour lire l’article de La Presse, clique ici!

Les profs et les médias sociaux

J’ai une compétence professionnelle qui parle d’éthique de travail. Grosso modo, c’est d’être professionnelle dans l’exercice de mes fonctions et je dirais même plus, le bras devrait s’étendre aux médias sociaux. Tsé un prof en train de caler des shots de Tequila sur Instagram, ça beau être ta vie privée fille, faudrait quand même que tu n’oublies pas que les parents te cherchent et te « stalk » sur Internet comme ils disent dans le jargon.

Ceci dit, dans cette compétence professionnelle, on doit y inclure l’honnêteté du prof. C’est important d’être honnête avec les enfants et leurs parents. Dans ma paroisse de primaire, des fois, les enfants sont encore jeunes, parfois impulsifs, parfois ont besoin d’encadrement… mais ils ont surtout besoin d’amour inconditionnel, d’honnêteté et d’une bonne dose de « regarde-moi aller et fais comme moi ». Alors là, j’vais te dire la vérité, comme je la vois.

Clique ici pour un autre billet d’opinion par Prof par I.V.

L’air du « fake »

La difficulté des enfants alphas est qu’ils sont nés dans l’air du « fake »  grâce aux fameuses plateformes numériques. Et le numérique, c’est l’infini… et l’infini, ça ne possède pas de cadre. La vie d’un enfant de primaire, ça fonctionne avec une routine très serrée quotidienne, une variation des activités et des parents accompagnateurs pas sur le cell. en train de faire du Facebook #viedeparent #proudmom… ou tenter pour la 109e fois de prendre la photo de la vie parfaite sur Instagram.

Un enfant, ce n’est pas un plan de citrouille, tu ne laisses pas ça aller pis tu récoltes après. C’est pas mal plus un plan de tomates, pas de tuteur stable, ça s’effoire et la récolte va être assez B- j’t’en passe un papier. C’est clair que la face dans Clash of Clan, ton p’tit il ne comprend peut-être pas que malheureusement, l’écran, ce n’est pas important.

Évidemment, il faut dire aussi que nos emplois de parents nous suivent maintenant à la maison, souvent à cause de la technologie, alors des fois, on se ramasse le visage pas mal plus dans notre écran que ce que nous aurions prédit à la base. Mais, il ne faut jamais oublier que c’est notre propre exemple qu’ils suivent ces petites éponges.

On critique en tant que société que l’écran est un fléau social important, qu’il crée des barrières tout en ouvrant les horizons, que les connections vraies entre personnes n’ont jamais été aussi loin que maintenant (malgré les 504 amis Facebook et les 3K followers Instagram). Ajoutez à ça l’utilisation de plusieurs applications, extensions, logiciels modernes qui permettent à l’enfant d’apprendre grâce à la technologie en classe.

#Onfaitquoi

Je serais curieuse de voir combien d’enfants reçoivent un jeu de table à Noël ou simplement passent des moments en famille qui n’impliquent pas des faces dans des écrans. C’est pourtant cette vision que nous voyons partout : au centre d’achat, au restaurant, au supermarché…

Je ne sais pas comment arrêter la spirale qui semble descendre en ligne drette devant le Cerbère de l’Enfer, mais cette génération est victime de la technologie, ça c’est indéniable. Cependant, elle est surtout victime des adultes en général qui sont plus dans le « fais ce que je dis, mais pas ce que je fais… ah pis tiens, v’là mon iPhone pendant que tu attends ».

Tiens, on se prend un selfie #notrefauteanous #faudraitsassumer #faudraitchangerleschoses ?

Écrit par Prof par I.V.

Pour lire d’autres billets par Prof par I.V., clique ici!

 

admin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *